L’Élue

J’ai écrit cette nouvelle, préquelle de la série des Enfants de l’Hyphale d’or, pour raconter l’histoire de la rencontre entre Pouna et Éliphéra.

l'élue

Dans le monde imaginaire de la série, certaines personnes présentent des capacités magiques. Parmi elles, un petit nombre a l’honneur d’être Élu par un être merveilleux, en général durant leur enfance. Ces êtres merveilleux sont des créatures dotées de la parole et d’intelligence, certains sont « classiques », comme le dragon Zabor de Maloun, mais la plupart sont des créations personnelles !

pouna jpg
Pouna

Pouna, le blizor doré d’Éliphéra, est une personnalité ! Il a d’ailleurs réuni, au fil des ans, un nombre important de fans. Les Pounïstes sont nombreux et se reconnaîtront ^-^. Entre autres qualités, Pouna est bavard, sans complexe, gourmand et fainéant. Il apprécie dire tout haut ce que les autres pensent tout bas et finir les derniers gâteaux. La seule personne qui compte vraiment à ses yeux est Éliphéra, mais il tient pour acquis l’admiration de l’entourage…

Les blizors dorés, comme tous les autres êtres merveilleux, vivent à l’état sauvage, à l’écart des hommes. Mais parfois, l’un d’entre eux, guidé par la Déesse, s’aventure à la rencontre d’un petit enfant…

torrent de montagne

« Le long d’un flanc de montagne éclaboussé par le soleil d’été, un petit torrent s’amuse. Il dévale les pans escarpés, bondissant d’une roche à l’autre, caressant les sapins engourdis de chaleur, cascadant les escarpements. Parfois, il se plait à plonger sous terre pour reparaître un peu plus loin, jaillissant au creux d’une roche, tournoyant un instant dans la rondeur d’une vasque, avant de repartir de plus belle, caressant les roches lissées par ses soins.

À mi-parcours des Montagnes Infranchissables du Nord, après avoir pris le temps de contourner le village des Multicolores en murmurant doucement sous la roche, le petit torrent brise un éboulis de roche dans un bouillonnement impatient, pour s’alanguir au creux d’une ronde de pierres réchauffées par les rayons pétillants du soleil. Il s’attarde un moment, taquinant une très petite fille qui rit, saute, plonge et éclabousse, ses pieds nus glissant sur les galets moussus du bassin improvisé. 

Elle est si petite encore que le torrent pourrait s’étonner de la voir seule ; mais il ne s’en soucie pas et repart en chantonnant, ondoyant entre les arbustes drus et les sapins odorants.

De fait, l’enfant n’est pas seule : à l’ombre d’un buisson de bruyère des neiges, un être encore plus petit l’observe, ses longues moustaches frémissant d’intérêt. »

Pour lire la suite de cette nouvelle, vous pouvez la télécharger gratuitement sur le site d’Amazon, ou encore ici, au format PDF.

Bonne lecture !

lapin-qui-mange-un-gc3a2teau.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s